Translate

mardi 27 octobre 2015

NEUROMANCIEN - William GIBSON



J'ai acheté récemment à une foire aux livres le roman Neuromancien, car je savais que c'est dans cet ouvrage paru en 1984 qu'apparaît pour la première fois le terme « cyberespace », et qu'il constitue par là-même le roman fondateur du courant cyberpunk, genre dont je ne suis pas fan en littérature, mais qui a donné des chefs-d'œuvre à l'écran, comme le manga Ghost in the shell, et surtout Matrix.
Il est vrai que les images de synthèse se prêtent particulièrement bien à la représentation d'un univers informatique romancé... Bref, sur le fond, la lecture de Neuromancien ne m'a pas déçue d'un point de vue « historien de la SF ». On y retrouve tous les éléments qui seront repris dans Matrix, mais qui surtout constituent la trame de notre ère du silicium : l'internet omniprésent, appelé avec clairvoyance « la matrice », les hackers qui se la sont appropriée, ainsi que le pouvoir globalisé des multinationales, soit un roman glauque comme l'année 2015, au léger détail du jihad près, et aux antipodes du 2015 imaginé dans Retour vers le futur.
Mon seul bémol sur ce bouquin, mais il est quand même énorme : je n'ai jamais réussi à entrer dans ce roman! Il a fallu que je m'accroche pour aller jusqu'au bout de ses 300 pages, que je rive mon esprit à ses lignes pour l'empêcher de divaguer constamment...
Je déteste abandonner une lecture en cours de route, mais là j'ai vraiment dû prendre sur moi tant j'ai trouvé le style imbitable!
J'étais pourtant conscient qu'il s'agit d'un roman de référence, récompensé par les plus grands prix du genre, et je mesurais sa complexité. Mais rien à faire, impossible pour moi de plonger dans cet univers, d'arriver à me le représenter vraiment. C'était tout sauf du plaisir!
J'en étais arrivé à la conclusion que ce sont là les premiers signes du vieillissement, que mes pauvres neurones ne sont plus capables de laisser passer du haut débit, et qu'ils seront bientôt juste bon à digérer des perfusions de bonnes bouillies littéraires made in France...
Et puis soudain, lors d'un tour sur Babelio, le soulagement! La lecture d'avis d'internautes sur ce roman a effacé mes doutes. Nombre de lecteurs ont éprouvé les pires difficultés à la lecture de ce roman, peu propice à la libération de leur imaginaire; certains l'ont même abandonné, bien que conscient de ses qualités visionnaires, voire prophétiques. Ouf!
Peut-être qu'il mériterait une seconde lecture pour être apprécié à sa juste valeur. Mais là, je jette l'éponge! J'ai déjà donné! Sus à l'Equipe!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire